Villa Air-Bel au centre de toutes les attentions – Retour sur « Villa Air-Bel en fête » – 1ère édition (7 mai 2022) 

Déambulation avec Rope, ©j2mc-photo
Déambulation avec « Rope », ©j2mc-photo

La journée « Villa Air-Bel en fête » s’est déroulée le 7 mai 2022 au sein de la cité Air Bel située dans le 11e arrondissement de Marseille. Elle a été organisée dans le cadre du Lab’Citoyenneté Villa Air-Bel par l’Association Villa Air-Bel et l’Institut SoMuM d’Aix-Marseille Université, avec le concours de nombreux acteurs marseillais. L’événement inaugurait les Rencontres Internationales sur le thème de la Résistance par l’art et la culture à Marseille et sa région entre 1939 et 1945. Ces Rencontres se poursuivront en septembre prochain.

Le colloque : « Résister par l’art et la culture »

Auditorium du Collège Louis-Armand ©j2mc-photo
Auditorium du Collège Louis-Armand, ©j2mc-photo

L’après-midi a démarré à 14h avec le colloque « Résister par l’art et la culture » à l’auditorium du collège Louis Armand, en présence du séminaire trinational Youth Exchange de l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse). Ce colloque a été ouvert par Bernard Mossé, Président de l’association Villa Air-Bel et Sylvie Mazzella, Directrice de l’Institut SoMuM.

Découvrez le compte rendu du colloque.

À la fin du colloque, Julie Moreira-Miguel du Festival de Marseille a présenté « Rope », une corde bleue longue de onze mètres, œuvre d’art hors du commun par l’artiste plasticien belge Ief Spincemaille, qui a accompagné les participants de l’événement tout au long de l’après-midi. Le départ du collège s’est fait en portant « Rope » à bout de bras jusqu’à l’étape suivante de la journée, sur le stade de sport d’Air Bel. Deux charmantes échassières se sont jointes à la procession, pour apporter leur touche de fantaisie à l’événement et pour attiser la curiosité des citadins. Avec elles, un musicien ambulant suivait le cortège et donnait le « La » de la journée.

Un après-midi festif : entre tournoi de sport, ateliers créatifs et balade urbaine dans les pas de Varian Fry

À l’arrivée à l’Allée des Platanes, la fête battait déjà son plein : le tournoi sportif ayant attiré beaucoup de monde, les rires des enfants remplissaient le stade et la douceur estivale assurait la bonne humeur des participants. Mathilde Garcia et Alice Baudy, toutes deux investies au sein du Lab’Citoyenneté Villa Air-Bel, ont conçu au cours du printemps une balade urbaine traçant l’histoire de la Villa Air-Bel. La médiation a débuté par la présentation de l’événement historique qui s’est déroulé dans la cité en 1940 : la Villa Air-Bel était utilisée comme refuge pour des artistes et intellectuels européens menacés par le régime nazi, attendant leurs visas pour regagner les États-Unis.

Terrain de sport d’Air Bel ©j2mc-photo
Terrain de sport d’Air Bel, ©j2mc-photo

Après la présentation historique et géographique de Marseille dans les années 40, les participants ont pu observer l’ancienne Allée des Platanes, à côté de laquelle se déroulait le tournoi de boxe organisé par le club de boxe renommé d’Air Bel, Ring Club Valley, qui a animé les matchs des enfants du club. Les participants pouvaient également apprécier une exposition sur la Résistance par le sport durant la Seconde Guerre mondiale, conçue avec le concours du site-mémorial du Camp des Milles, présentant des affiches avec des citations de sportifs durant le boycott des Jeux Olympiques de 1936.

À la fin du tournoi de sport, le convoi s’est déplacé, toujours aux côtés de Rope courageusement portée par les étudiants de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et par les enfants du quartier jusqu’à l’ancienne Villa Castellane, actuellement le Centre social d’Air Bel. La balade urbaine s’est donc poursuivie, racontant l’histoire des anciens propriétaires de la Villa Air-Bel et du Pavillon Castellane : le docteur Balthazar Thumin et sa sœur Augustine, et celle de Varian Fry, journaliste qui a sauvé des centaines d’artistes et intellectuels pendant la Guerre, à travers les actions du Comité américain de Secours. Différents ateliers créatifs, participatifs, ludiques, à l’adresse de tous les publics, étaient installés autour du Centre social par les associations partenaires et locales.

Arbre à idées ©Auri Kostama-Goerger
Arbre à idées, ©Auri Kostama-Goerger

Le Centre social a organisé un jeu d’échec surréaliste géant, ainsi qu’un cadavre exquis et une réflexion autour de la question élémentaire en lien avec les migrations : « Si vous deviez quitter votre pays, qu’emporteriez-vous ? ». Les réponses récoltées auprès des participants au cours de l’après-midi étaient écrites et placées dans une valise, afin d’être découvertes plus tard sur un arbre à idées. L’ACELEM, espace lecture du quartier, a organisé une activité créative de collage et de peinture autour d’un poème d’André Breton, le but étant, pour les enfants, de mettre en scène les éléments du poème à travers diverses techniques, à la manière des surréalistes.

La Radio Fréquence Mistral proposait une restitution de podcasts réalisés par des jeunes d’Air Bel, sous la forme de petits reportages. Ben Kerste, sociologue et anthropologue, présentait, sur un stand, les frises temporelles des trois récits de vie qu’il a rédigés suite à de longs entretiens avec trois habitants de la cité. L’association Sagiterre a organisé un atelier participatif autour des cartes surréalistes du Jeu de Marseille, en s’appuyant sur des outils numériques.

Sur l’ancien site de la Villa Air-Bel ©Auri Kostama-Goerger
Sur l’ancien site de la Villa Air-Bel, ©Auri Kostama-Goerger

La dernière étape de la balade urbaine a eu lieu sur le site de l’ancienne Bastide de la Villa Air-Bel, où il ne reste aujourd’hui que peu d’éléments d’origine : les deux piliers de l’ancien portail de la Villa et trois platanes centenaires. Or, l’endroit demeure d’une beauté saisissante – le belvédère surplombe la cité et la ville, offrant une vue extraordinaire sur les calanques.

On pouvait, tout en écoutant la médiation et les mélodies jouées par l’homme-orchestre, contempler ces éléments, entendre l’orage qui grondait au loin, et imaginer pour un court instant la Villa Air-Bel dans toute sa splendeur lorsqu’elle était encore occupée. Cette dernière étape de la balade urbaine a permis de raconter le quotidien que vivaient les surréalistes séjournant à la Villa Air-Bel, et également présenter quelques œuvres d’art réalisées par les artistes durant cette attente pesante. C’est la question de la Résistance par l’art qui a clôturé la balade urbaine. Les participants se sont une fois de plus regroupés pour porter la corde bleue et pour redescendre vers la cité et le Centre Social, pour un moment de convivialité et d’échanges.

Une fin de journée en images

La journée « Villa Air-Bel en fête » s’est terminée par la projection en plein-air du film Villa Air-Bel, reconstitution 3D, réalisé par Julien Guyot, avec l’aide d’Alain Guyot et de Diana Pollin. Ce film compile trois parties : la première retrace, à la manière d’une biographie dramatisée, le parcours de Varian Fry arrivant à Marseille en 1940 ; la deuxième restitue, avec des images de synthèse, une reconstitution 3D de la Villa Air-Bel et de la Vallée de l’Huveaune telles qu’elles étaient autrefois ; la troisième partie présente les différentes perspectives pour un futur tiers-lieu culturel qui serait implanté à Air Bel.

Projection des films de Julien Guyot ©Auri Kostama-Goerger
Projection des films de Julien Guyot, ©Auri Kostama-Goerger

La première édition de l’événement autour de la Résistance par l’art et la culture, a ainsi partagé et rappelé l’histoire de la cité avec les habitants d’Air Bel, les universitaires, les jeunes européens, les acteurs associatifs, institutionnels, culturels du territoire local. Elle a permis d’ouvrir et stimuler des échanges autour des notions de Résistance et d’Histoire, d’art, d’exil… La balade urbaine, préfiguration des contenus d’un futur espace muséal, a mis en lumière ces faits historiques et récits extraordinaires, constitutifs de l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, cette « Résistance avant la Résistance » représentée par la figure de Varian Fry et par la Villa Air-Bel. Elle raccroche ce quartier marseillais à son histoire forte et singulière, une histoire de solidarité internationale, de lutte contre les discriminations et de création artistique.

Ne cessons pas de résister !

Découvrez la vidéo de l’événement :

Citer ce billet : Mathilde Garcia, « Villa Air-Bel au centre de toutes les attentions – Retour sur « Villa Air-Bel en fête » – 1ère édition (7 mai 2022)  », Sociétés en Mutation en Méditerranée, 07/07/2022, https://somum.hypotheses.org/9950.

Voir aussi HAL – SoMuM : hal-03763820


Consulter le portrait de Mathilde Garcia, auteure de ce billet.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search