Peggy Guggenheim : de Marseille à Venise – Compte rendu de conférence (18 juin 2021)

Peggy Guggenheim sur les marches de la terrasse du Grand Canal, à l’occasion de la première exposition qu’elle a organisée au Palazzo Venier dei Leoni : Mostra di Scultura Contemporanea, Venise, septembre 1949. © Peggy Guggenheim Collection Archives, Venise, Solomon R. Guggenheim Foundation. Photo Archivio Cameraphoto Epoche Gift, Cassa di Risparmio di Venezia, 2005.
Peggy Guggenheim sur les marches de la terrasse du Grand Canal, à l’occasion de la première exposition qu’elle a organisée au Palazzo Venier dei Leoni : Mostra di Scultura Contemporanea, Venise, septembre 1949. © Peggy Guggenheim Collection Archives, Venise, Solomon R. Guggenheim Foundation. Photo Archivio Cameraphoto Epoche Gift, Cassa di Risparmio di Venezia, 2005.

La conférence Peggy Guggenheim : de Marseille à Venise est la première conférence organisée par l’association Villa Air-Bel, en partenariat avec l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) d’Aix-Marseille Université, le Consulat Général des États-Unis et le Musée d’Histoire de Marseille. Elle s’est tenue le vendredi 18 juin 2021 à 18h, dans l’auditorium du Musée.

Karole Vail, directrice de la Collection Peggy Guggenheim de Venise, a pris la parole devant un auditoire d’une centaine de personnes pour une conférence de deux heures sur la vie de Peggy Guggenheim (1898-1979), grande figure de l’art moderne ayant marqué l’histoire des mouvements abstrait et surréaliste par son travail de collectionneuse et mécène.

Parcours de Karole Vail – dans les pas de Peggy Guggenheim

Portrait de Karole Vail
Portrait de Karole Vail. © Photo Matteo De Fina.

Après vingt ans passés en tant que curatrice au musée Solomon R. Guggenheim de New York, Karole Vail dirige depuis 2017 la Collection Peggy Guggenheim à Venise, située dans le Palazzo Venier dei Leoni, où Peggy Guggenheim a résidé à partir de 1949 jusqu’à sa mort en 1979. Elle commence ses études universitaires en Grande-Bretagne où elle obtient un Bachelor of Arts à la Durham University et un diplôme en histoire de l’art à la New Academy for Art Studies de Londres. Elle commence sa carrière en tant qu’archiviste au Centro Di de Florence. À partir de 1997, elle rejoint le département curatorial au musée Solomon R. Guggenheim où elle participe à l’organisation de nombreuses expositions et rétrospectives d’art moderne comme Surrealism : Two Private Eyes en 1999, et réalise Art of Tomorrow : Hilla Rebay en 2005 ainsi que Moholy-Nagy : Future Present en 2016. En plus de ces fonctions, Karole Vail cofonde en 2006 et codirige avec Andrew Huston la résidence d’artiste et lieu d’exposition Non-Objectif Sud, un centre d’art situé dans le Sud de la France afin de soutenir l’art contemporain en Europe.

Aujourd’hui basée à Venise, elle dirige la Fondation Solomon R. Guggenheim pour l’Italie et travaille aux côtés de Richard Armstrong, directeur du Musée Solomon R. Guggenheim de New-York et de la Fondation Solomon R. Guggenheim, et Juan Ignacio Vidarte, directeur du Musée Guggenheim de Bilbao (la Fondation a pour projet d’ouvrir prochainement une nouvelle antenne à Abu Dhabi). La Collection Peggy Guggenheim reste aujourd’hui l’un des premiers musées d’Europe consacrés à l’art moderne et rassemblant dans l’ancien palazzo des œuvres cubistes, surréalistes ou abstraites issues de la collection personnelle de Peggy Guggenheim (Leonora Carrington, Vassili Kandinsky, Max Ernst, Pablo Picasso, Salvador Dali, Yves Tanguy, Grace Hartigan, Jackson Pollock…).

Déroulé de la conférence – une biographie illustrée d’anecdotes et photographies

De gauche à droite : Max Ernst, La Toilette de la Mariée, 1940 ;
Constantin Brancusi, Maiastra, 1912 ; Joan Miró, Femme assise II, 1939.
© Peggy Guggenheim Collection. Photo Matteo De Fina.

La conférence s’est ouverte sur un mot de bienvenue de la part de Laurence Garson, responsable du Mémorial des Déportations de Marseille, pour l’une des premières conférences données au Musée d’Histoire de Marseille après la crise du Covid-19. Ensuite Bernard Mossé, président de l’association Villa Air-Bel, membre du conseil scientifique de la Fondation du Camp des Milles et historien de l’art, a pris la parole pour introduire la conférence et présenter Karole Vail. Il a rappelé et souligné l’importance de la participation de Peggy Guggenheim à l’histoire de la villa Air-Bel, refuge pour des centaines d’artistes et d’intellectuels fuyant le régime nazi en 1940-1941. C’est aussi depuis cette villa que le journaliste américain Varian Fry a piloté le Centre Américain de Secours, venant en aide à ces mêmes personnalités (André Breton, Max Ernst, Hannah Arendt, Lion Feuchtwanger…) dans le collimateur des nazis, pour les exfiltrer vers les États-Unis.

Karole Vail a retracé lors de cette conférence le parcours de Peggy Guggenheim entre les États-Unis et l’Europe à partir de ses recherches et sur ses propres souvenirs de sa grand-mère. C’est ainsi un portrait à la fois savant et intime qui a été dressé de la célèbre mécène, Karole Vail partageant également de nombreuses photos illustrant la vie de Peggy Guggenheim.

Vie et parcours de Peggy Guggenheim – amatrice d’art moderne et contemporain

Peggy Guggenheim naît en 1898 à New York de deux familles juives fortunées, les Seligman et les Guggenheim. S’émancipant à 21 ans de sa place de femme héritière, elle rejoint l’Europe et voyage à Paris et à Londres notamment. Elle retrouve également Laurence Vail, peintre, sculpteur et écrivain basé à Paris, qui deviendra son premier mari. C’est grâce à lui qu’elle va nouer des amitiés profondes avec Man Ray, Djuna Barnes, Marcel Duchamp… Bien que passionnée par la littérature et l’art classique, elle est enjointe à s’intéresser à l’art moderne et contemporain. C’est surtout la sculpture qui sera pour elle un objet de fascination : la première œuvre qu’elle acquiert autour de 1938 est Tête et Coquille de Jean Arp.

Jean Arp, Tête et Coquille, 1933. © Peggy Guggenheim Collection. Photo David Heald.
Jean Arp, Tête et Coquille, 1933.
© Peggy Guggenheim Collection. Photo David Heald.

En 1938 elle fonde à Londres sa première galerie, la Guggenheim Jeune, avec l’aide de Duchamp et d’autres conseillers. Elle expose Jean Cocteau, Vassili Kandinsky, Yves Tanguy, Rita Kernn-Larsen et bien d’autres… Mais plus qu’une galerie, Peggy Guggenheim souhaite avant tout ouvrir un musée consacré à l’art moderne à Londres, conseillée par Herbert Read. En 1939, l’Europe étant bouleversée par l’arrivée de la guerre, elle retourne à Paris pour entamer un travail plus approfondi de collection, vivant sous l’adage qu’elle se donne : “Buy a picture a day”. Finalement menacée elle-même par l’avancée nazie en France, elle se rend à Marseille et réussira à envoyer sa collection aux États-Unis. Ayant financé en bonne part le Centre de secours de Varian Fry, elle quitte l’Europe pour les États-Unis en 1941 avec Max Ernst. Elle ouvre en 1942 sa seconde galerie d’art, la Art of This Century à New York. À travers cette galerie elle se veut la protectrice des artistes d’avant-garde. Elle offre ainsi leur première exposition personnelle à Jackson Pollock, Robert Motherwell ou Mark Rothko, met en avant des artistes américains encore peu connus comme Irene Rice Pereira ou William Baziote.

Après la guerre, souhaitant retourner vivre en Europe, elle part s’installer à Venise où elle est invitée à exposer sa collection à La Biennale de 1948 dans le pavillon grec qui était vide à cause de la guerre civile en Grèce. En 1949, elle achète un palazzo sur le Grand Canal où elle réalise son rêve d’ouvrir un musée et qui abrite aujourd’hui la Peggy Guggenheim Collection, le Palazzo Venier dei Leoni. Peggy Guggenheim continue là-bas de soutenir les jeunes artistes, notamment les vénitiens comme Edmondo Bacci ou Tancredi Parmeggiani, ce dernier bénéficiant même d’un espace de travail dans le palazzo et d’un soutien financier. En 1970 et 1976, respectivement, le palazzo et la collection rejoignent la Fondation Solomon R. Guggenheim. Peggy Guggenheim meurt en 1979, laissant derrière elle une collection mondialement célèbre et une trace indélébile dans l’histoire de l’art moderne et contemporain.

En arrière-plan : Edmondo Bacci, Événement #247, 1956 ;
au premier plan : Alexander Calder, Arc de Pétales, 1941.
© Peggy Guggenheim Collection. Photo Matteo De Fina.
Citer ce billet : Raphaël Renaud, « Peggy Guggenheim : de Marseille à Venise – Compte rendu de conférence (18 juin 2021) », Sociétés en Mutation en Méditerranée, 21/07/2021, https://somum.hypotheses.org/983.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search