Les portraits de SoMuM : Alice Sophie Sarcinelli, docteure en Anthropologie sociale et Ethnologie

Marche des droits de l’Enfant – UNICEF, 20 novembre 2017
Marche des droits de l’Enfant – UNICEF, 20 novembre 2017, © Ville de Nevers, CC BY NC SA 2.0

Je suis Alice Sophie Sarcinelli, nouvelle postdoctorante à l’Institut SoMuM. Ma thèse, publiée sous le titre Des gamins roms hors-de-l’enfance. Entre protection et exclusion, a été réalisée à l’EHESS de Paris sous la direction de Didier Fassin.

Photo d’Alice Sophie Sarcinelli, docteure en en Anthropologie sociale et Ethnologie
Alice Sophie Sarcinelli, docteure en Anthropologie sociale et Ethnologie

Dans mes recherches anthropologiques, je renouvelle l’étude de l’enfance par l’attention portée aux processus faisant des questions et des pratiques relatives à l’enfance un enjeu politique. J’ai étudié la production de définitions normatives de l’enfance, ainsi que leur réappropriation par les enfants eux-mêmes : enfants « dits » des rues au Brésil, enfants « dits » roms en Italie, et, désormais, enfants de parents de même sexe dans divers contextes européens. Cette approche par les marges me permet de mettre au jour des processus invisibles où certains répertoires normatifs vont de soi. Croiser marges et enfance donne à voir le rôle crucial des enfants dans la redéfinition des frontières entre les familles minorisées et la société plus large.

À l’heure même où, en France, on s’interroge sur l’homoparentalité dans le cadre de la révision de la loi sur la bioéthique, j’entame le projet « Femmes lesbiennes et leurs enfants au tribunal » (Lesbians and Their Kids at Court – LeMoKiaC), consacré à la voix des enfants de couples de femmes dans le cadre des procédures de reconnaissance légale des liens entre les mères non statutaires (en l’absence de lien biogénétique) et leurs enfants. Je le mènerai en tant que Marie Curie Individual Fellow à l’Institut Sociétés en Mutations en Méditerranée (SoMuM) et au Centre Norbert Elias (UMR 8562) sous la direction d’Agnès Martial. Je mènerai des études locales comparées, une méthode qui utilise la micro-ethnographie en incluant différents territoires, en France et en Italie.

Dans ces deux contextes, les questions familiales font conflit dans l’espace public, surtout dans une période de reconnaissance progressive de la lesboparentalité. Le projet contribuera à une anthropologie de la famille à partir des enfants, à travers la formulation de concepts pour appréhender les enfants en tant qu’acteurs sociaux au sein des relations familiales. Cette question sera abordée dans le séminaire de recherche de l’EHESS de Marseille intitulé Enfances et parenté : anthropologie des âges, du genre et des générations, que j’animerai avec Agnès Martial et Natacha Collomb à partir de mars 2022.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search