Séminaire Maghreb Amazigh (séance 4) – Protohistoire et berbérisation de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries : langues, identités, matérialités (23 février 2022)

Cueva Pintada, chambre rupestre du « palais » des chefs indigènes de l’île à l’arrivée des conquérants européens, © Laboratorio de Arqueología, Patrimonio y Tecnologías Emergentes (IDR)

Du point de vue étymologique le terme « Protohistoire » pourrait être assimilé à celui d’Histoire « première » ou « primitive ». Mais son usage au sein des disciplines historiques est problématique en termes aussi bien chronologiques que socioculturels. À l’heure actuelle, le terme Protohistoire désigne une catégorie historique polysémique et labile qui s’applique à des périodes et à des sociétés aux limites temporelles et aux spécificités culturelles floues et fluctuantes. On peut cependant en distinguer deux usages principaux qui relèvent, chacun d’eux, d’un cadre conceptuel et d’une pratique disciplinaire différents. Il existe, d’une part, une utilisation à valeur évolutive et chronométrique qui tire ses origines d’une conception universaliste, largement inspirée du diffusionnisme et des repères chronologiques longtemps fournies par l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient. Cette vision considère que la Protohistoire constitue une étape dans l’histoire de l’humanité caractérisée par la mise en place des processus de différentiation sociale, pouvant donc débuter au Néolithique mais s’étalant essentiellement de la découverte de la métallurgie à l’invention de l’écriture. Le deuxième usage repose sur une conception plutôt relativiste et « méthodologiste ». Il considère que le champ de la Protohistoire est surtout lié à la nature de la documentation disponible, avec notamment l’existence de témoignages textuels indirects susceptibles de compléter les observations archéologiques. Ceux-ci peuvent soit émaner d’autres peuples contemporains, soit correspondre à des récits, basés sur des écrits ou des traditions orales, nettement postérieurs à la période dont ils portent témoignage.

Pour ce qui est du Maghreb et du Sahara et sous l’égide notamment de Gabriel Camps, maître incontestable des études protohistoriques sur la région, la Protohistoire a fini par devenir, en empruntant ses mots au pied de la lettre, « la science des origines berbères ». Il est par conséquent facile à percevoir à quel point le processus de construction disciplinaire de la Protohistoire nord-africaine a contribué et contribue encore, en retour, à une vraie ethnogenèse : la « berbérisation » des populations qu’elle se donne pour but de (re)présenter et d’historiciser. Mais contrairement à la vision anhistorique, d’une histoire sans histoire que le projet historiographique de Camps pourrait laisser à tort supposer, la Protohistoire nord-africaine se présente, en revanche, comme un scénario historique dynamique et multiforme à forte variabilité socioculturelle et spatio-temporelle.

Au-delà des incontestables dynamiques endogènes, cette variabilité est en relation avec la spécificité, en termes d’autochtonie et d’acculturation, des différents processus de contact interethnique et culturel qui caractérisent, dans la longue durée, cette période. D’abord, l’influence de l’Égypte pharaonique sur la Libye actuelle et le Sahara oriental et celle des péninsules Italique et Ibérique, et des îles situées au large de leurs côtes, sur les territoires nord-africains qui leur font face pendant le Chalcolithique et l’Âge du Bronze européens. Ensuite, la colonisation phénicienne et grecque, puis romaine, de l’ensemble du littoral du Tell méditerranéen et d’une partie de la côte atlantique du Maroc actuel. Il est à noter que, de toute vraisemblance, l’une des conséquences de cette pénétration coloniale antique serait le peuplement des îles Canaries.

Dans l’état actuel des recherches, il n’est toujours pas aisé d’établir le rôle joué par ces scénarios historiques de « contagion » et de changement culturel, qui sont toujours à double sens, dans l’introduction et la diffusion de tout un ensemble d’éléments matériels ayant traditionnellement servi à caractériser la Protohistoire nord-africaine : métallurgie du cuivre, du bronze et du fer, cheval attelé et monté, écritures libyco-berbères, dromadaire… Ni non plus de déterminer leur contribution relative aux processus locaux de différentiation et de stratification sociale qui, en ce moment même, aboutissent à l’émergence de chefferies voire de vrais États autochtones.

Sur la base des données fournies par l’archéologie, mais sans oublier les apports des sources textuelles, de la linguistique historique ou de l’anthropologie biologique, cette présentation se propose de brosser un état de l’art sur la Protohistoire de l’Afrique septentrionale et des îles Canaries. L’accent sera mis sur la question de la reconstruction linguistique et de son rapport avec les identités ethniques.

Intervenant
Jorge Onrubia Pintado, Professeur titulaire de l’Universidad de Castilla-La Mancha (UCLM), directeur du Laboratorio de Arqueología, Patrimonio y Tecnologías Emergentes (IDR)

Discutant
Jean-Pierre Bracco, PU LAMPEAAMU

Date et horaires
Mercredi 23 février de 10h à 12h

Lieu
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Salle 113

En visioconférence
https://univ-amu-fr.zoom.us/j/83696386229?pwd=VE91SWhKOFMxSis3QzdPT0NzakwvUT09
ID de réunion : 836 9638 6229
Code secret : 444029


Consulter :


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search