Journées d’étude – La fabrique artistique dans le monde arabe. Politiques, professions, circulations (compte-rendu de la séance du 26 novembre 2021)

© Majd Abdelhamid, Pain Killers, 2010

Les journées d’étude, La fabrique artistique dans le monde arabe. Politiques, professions, circulations, organisées par Taher Labadi et Marion Slitine les 22, 25 et 26 novembre 2021, ont vu le jour grâce au soutien de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) et de plusieurs autres partenaires, la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (MSH Paris Nord), le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), LabEx Industries culturelles et Création artistique (LabEx ICCA), le Centre Norbert Élias (CNE), La Fabrique des Écritures, l’Institut de recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO), les Rencontres à l’Échelle et la plateforme Orient XXI.

Celles-ci se sont déroulées à Paris et Marseille, ainsi qu’en visioconférence, et ont consisté en des séances de discussion organisées autour de divers ateliers thématiques. La rencontre du 25 novembre a été consacrée à la projection du film “Our Memory Belongs To Us” (2021), en présence du réalisateur syrien, Rami Farah, et de Cécile Boëx (maîtresse de conférence à l’ École des hautes Études en Sciences humaines et sociales – EHESS), au Miroir, dans le Centre de la Vieille Charité de Marseille.

Ces journées se sont proposées de réfléchir à la fabrique artistique (ensemble des étapes et des dynamiques qui participent à faire l’œuvre d’art) dans les sociétés du monde arabe, qui, confrontées à des situations de crises polymorphes, font l’objet d’un nombre accru de travaux en Sciences humaines et sociales. Les études arabes et les Cultural Studies interrogent l’expression même de ces crises, à travers leurs représentations dans le champ culturel et artistique, et témoignent notamment d’une extrême pluralité de formes et de contenus.

Pourtant, comme l’ont rappelé les responsables scientifiques du projet, Taher Labadi et Marion Slitine, lors de la rencontre du 26 novembre au MuCEM Lab, rares demeurent les études qui ont porté sur les conditions mêmes de production des arts dans la région, ou qui se sont intéressées aux pratiques artistiques à partir de leur matérialité. D’où le besoin, exprimé par ces journées d’études, de chercher à comprendre comment se développent ces « mondes de l’art » dans la région arabe, et comment ils évoluent dans un contexte de crises multiformes.

L’intervention de Franck Mermier (CNRS/IRIS), lors de la conférence inaugurale Espaces arabes de la culture : entre scènes panarabes, nationales et mondiales, est basée en grande partie sur son travail d’anthropologue sur les centres d’édition arabes au Moyen-Orient et au-delà. elle s’est concentrée sur les changements artistiques culturels, intervenus dans « le(s) monde(s) arabe(s) » à partir de la fin des années 70, et qui ont ensuite étendu leurs dynamiques régionales à un espace bien plus large, projetant rivalités et alliances à grande échelle.

Panel 1 : « Politiques, financements et institutions »

Nous avons ainsi pu assister à l’émergence d’un panarabisme culturel alternatif, promu par des associations et des artistes indépendants, visant à faire revivre le caractère mosaïque des différentes cultures arabes, en opposition à toute forme d’homogénéisation institutionnelle encouragée par les différents États. L’exil forcé n’a fait qu’accentuer le caractère transnational de ces connexions, face au nationalisme et à la censure qui ont mené à la naissance de véritables « zones franches culturelles », où même les nouveaux prix littéraires jouent des « effets intégrateurs » pour les périphéries du Golfe et du Maghreb. C’est dans ce cadre agonistique que les politiques de financement se sont jouées. Lors du premier panel, « Politiques, financement et institutions », animé par Giovanna Tanzarella (iReMMo), des échanges ont été consacrés au développement d’un environnement favorable à la création artistique, avec les participantes Adila Laidi-Hanieh, Julie Kretzschmar et Alia Hamdan.

Adila Laidi-Hanieh, ancien membre de la fondation Sakakine et membre fondateur de l’Arab Fund for Arts and Culture (AFAC), a montré l’exemple du Palestinian Museum de Birzeit dont elle est la directrice. Soulignant qu’il s’agit davantage d’un musée d’histoire que d’un musée d’art, Adila Laidi-Hanieh explique le modèle de fonctionnement de la structure qui s’articule autour d’expositions annuelles ouvertes aux écoliers, pour lesquelles des appels ouverts sont lancés. Ces derniers sont également destinés à la mise en place d’ateliers pour accueillir des artistes en résidence, à la publication d’ouvrages monographiques ou à la conception d’articles de boutique.

En outre, l’institution organise des conférences et attribue des bourses de recherche pour combler le manque de connaissances dans les études palestiniennes.

Les questions posées par le public ont été utiles pour comprendre les mécanismes de financement de la structure dont l’accès est gratuit pour le public. Le Palestinian Museum bénéficie du Fond arabe pour le développement, ainsi que de financements privés et d’allocations provenant de projets de coopération bilatérale.

Julie Kretzschmar, directrice artistique des Rencontres à l’Échelle de Marseille, explique que, grâce au choix des spectacles présentés au festival, année après année, des liens très forts se sont créés avec l’Algérie et, plus généralement, avec toute l’Afrique du Nord. Se forme alors un véritable réseau de circulation et de connaissance. En réponse à des questions du public sur les thèmes des œuvres présentées, pouvant être le résultat de créations spécifiquement dédiées à l’Occident, Julie Kretzschmar affirme qu’aujourd’hui, les artistes ne créent plus pour l’Europe, mais pour leur propre pays, et exportent ensuite leur produit fini.

Adila Hamdan, de l’Université ALBA de Beyrouth, a ensuite pris la parole pour montrer comment le monde de la danse libanaise s’est mobilisé pour aider les habitants de la capitale à surmonter le traumatisme de l’explosion de 2020. Les vidéos qu’elle a montrées donnent une idée de certaines des initiatives prises par ces artistes au profit de la population.

Panel 2 : « Travail, filière de production et valeurs de l’art »

Ce deuxième panel était consacré aux conditions d’exercice des pratiques artistiques, insistant sur la dimension matérielle de la fabrique des œuvres. Le commissaire, chercheur et éditeur marocain, Morad Montazami, a présenté son travail curatorial sur l’École de Tétouan dans les années 1990-2000. Il s’est concentré sur la trajectoire de Faouzi Laatiris (né en 1958 à Imilchi), « un artiste inclassable et marginal », devenu, paradoxalement, une figure-clé de la mondialisation de la scène artistique marocaine, grâce à l’effet de réfraction de la réussite de ses étudiants.

Tabula Rasa, 1999-2016 (paraboles vaincues, corneilles en grève et matériaux divers),
© Faouazi Laatiris

Les travaux des étudiants et de leur professeur ont été exposés au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, du 5 mai au 30 août et du 15 septembre au 30 décembre 2016. Ils ont également été édités par Morad Montazami dans le catalogue Volumes fugitifs – Faouzi Laatiris et l’Institut national des beaux-arts de Tétouan pour Les Presses du réel.

Le Mucem est l’une des rares institutions occidentales ayant accueilli ces productions artistiques, dont Tabula Rasa, dédiées au « Printemps arabe ». L’artiste palestinien Majd Abdelhamid, tout en prêtant l’image de son installation Pain Killers (2010) pour les affiches des « Journées », a apporté quelques-unes de ses broderies les plus récentes pour que le public puisse les voir et les toucher. Dans le récit de son parcours artistique, l’auteur a déclaré être passé par plusieurs phases. Il a d’abord tenté de défétichiser les symboles palestiniens, tels que les clés du retour et le Dôme du Rocher, malgré une emprise symbolique encore trop forte sur le peuple palestinien.

Majd Abdelhamid passe ensuite de la sculpture à la broderie, trouvant dans cet art traditionnel féminin un espace accueillant pour expérimenter l’intensité et l’abstraction. Il a réalisé des séquences de portraits de Mohammed Bouazizi dans le style Pop-Art d’Andy Warhol. Son objectif est de donner une valeur universelle à sa production et non pas d’être considéré comme un artiste palestinien du Liban.

Lina Saleh, rédactrice d’une chronique culturelle quotidienne en langue arabe, s’interroge sur la manière dont l’art a influencé les révolutions et non l’inverse, en se basant sur ses rencontres avec des acteurs culturels, membres d’associations et chercheurs. Son observation sur la réticence des artistes à s’exprimer en arabe sur leurs œuvres, par crainte de la censure et des répercussions, a été particulièrement intéressante et a suscité un vaste débat. Lina Saleh a conclu son discours en passant en revue les publications disponibles sur l’art arabe contemporain et a souligné leur rareté. Parmi les titres mentionnés figure Modern Art In The Arab World: Primary Documents (2018).

Panel 3 : « Territoires et circulations »

Après avoir vu l’influence de l’espace sur les pratiques des créateurs, Catherine Miller (CNRS, IREMAM), animatrice de ce troisième panel, lance une réflexion sur la façon dont les pratiques artistiques peuvent transformer à leur tour l’espace public. Elle donne la parole à Mathilde Rouxel, postdoctorante à la Sorbonne Nouvelle, et auteure de la première monographie dédiée à la cinéaste libanaise Jocelyne Saab – La mémoire indomptée (2016). Mathilde Rouxel a présenté quelques exemples de films de la cinéaste, restaurés par la Cinémathèque française de Paris. Une discussion très animée s’est engagée autour de l’éthique de cette pratique : quelles sont les limites de réparation des images endommagées ? Que faut-il conserver de l’original ? Ces questions ont permis au public de mener des réflexions pluridisciplinaires, en naviguant entre l’art et les archives.

Salima Tenfiche, doctorante à l’Université de Paris Diderot, a conclu la journée par un exposé sur le cinéma algérien, présenté comme un nouveau bicéphalisme contemporain : d’un côté, une production dédiée à la glorification nationale et généreusement financée par l’État ; de l’autre, un cinéma indépendant émergeant qui survit grâce aux fonds européens. Alors que le premier célèbre les héros de la nation — les moudjahidines qui deviennent de véritables martyrs en mourant pour la cause de la révolution — le second est un hymne aux vivants (a’ishine) qui tente de reprendre possession des lieux que la guerre civile a dévastés. Malgré les financements étrangers, ces derniers films sont ancrés dans le quotidien des jeunes Algériens d’aujourd’hui, dont ils ne trahissent pas l’âme, renouvelant les formes du cinéma par une recherche esthétique dynamique.

En attendant les Hirondelles, Karim Moussaoui (2017)
En attendant les Hirondelles, Karim Moussaoui (2017)

*****

Annamaria Bianco est doctorante à l’IREMAM d’Aix-Marseille Université, où elle mène une thèse sur la représentation du Réfugié(e) dans le roman arabe du XXIe siècle. Ses recherches portent notamment sur l’impact de l’exil et de la diaspora sur les productions culturelles arabes.

Citer ce billet : Annamaria Bianco, « Journées d’étude – La fabrique artistique dans le monde arabe. Politiques, professions, circulations (compte-rendu de la séance du 26 novembre 2021) », Sociétés en Mutation en Méditerranée, 12/01/2022, https://somum.hypotheses.org/2715.



Consulter le programme des Journées d’étude – La fabrique artistique dans le monde arabe. Politiques, professions, circulations (22, 25 et 26 novembre 2021)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search