Le Cycle de Rencontres « Tout un monde en mouvement » : l’occasion d’appuyer le rôle de la recherche dans les projets de transformation sociale – Intervention de l’Institut SoMuM (13 septembre 2021)

Vue sur le Mucem, la Villa Méditerranée et la Major, à Marseille, © Auri Kostama-Goerger
Vue sur le Mucem, la Villa Méditerranée et la Major, à Marseille, © Auri Kostama-Goerger

Le 13 septembre 2021 s’est tenue au Mucem la première journée de Rencontres interdisciplinaires organisée par la Mission Interdisciplinarité(s) d’Aix-Marseille Université, en collaboration avec l’Institut Créativité et Innovation d’Aix-Marseille (InCIAM) et la chaire Organisations et Territoires des Arts, de la Culture et de la Création (OTACC). Cette journée s’inscrit dans le Cycle de Rencontres « Tout un monde en mouvement », qui questionne les formes et modalités de changements dans la société ainsi que les résistances à ces mouvements sociétaux. La Mission Interdisciplinarité(s) entend avec cette initiative encourager les démarches interdisciplinaires et éclairer sur les enjeux du croisement des savoirs, mais aussi et surtout mettre en relation lors de journées d’étude des chercheurs, des étudiants et des acteurs du monde économique et culturel.

La journée du 13 septembre, intitulée Industries Culturelles et Créatives : Immersions narratives, portait plus spécifiquement sur la définition et la circonscription de ce vaste champ d’activités qu’est celui des Industries Culturelles et Créatives (ICC) et interrogeait comment ce secteur économique accompagne et met en narration les changements de la société. Au programme, de nombreuses interventions par des chercheurs, artistes, acteurs de la société civile dont chacun à sa manière a présenté sa démarche (projet de recherche, création artistique, innovation dans les modes de gestion…) pour l’inscrire dans un récit plus vaste des innovations sociales. Un court film de la journée a été réalisé par la Mission Interdisciplinarité(s).

Interdisciplinarité(s) – Cycle de rencontres #1 : Industries Culturelles et Créatives

L’Institut SoMuM a contribué à cette journée par une intervention traitant la recherche-action et l’engagement citoyen, intitulée « Lab’Citoyenneté Villa Air-Bel – une recherche-action promouvant l’engagement civique des étudiants ». Cette intervention, assurée à trois voix par Bernard Mossé (président de l’association Villa Air-Bel), Auri Kostama-Goerger (chargée de mission Intersectorialité de l’Institut) et moi-même, a été pour moi l’occasion de présenter la recherche que je mène dans le cadre de ma deuxième année de master d’anthropologie et de mon stage au sein du Lab’Citoyenneté Villa Air-Bel, dispositif mis en place par l’Institut SoMuM en partenariat avec l’association Villa-Air-Bel. Cette recherche mêle les principes du diagnostic territorial sur la cité Air Bel à Marseille et une étude patrimoniale sur la villa Air-Bel, autour de laquelle la cité a été bâtie.

La cité Air Bel : un territoire sujet à des transformations majeures

La cité Air Bel, située dans le 11e arrondissement de Marseille, est un quartier défavorisé de l’Est de la ville qui a connu d’énormes transformations depuis les années 1940. Au milieu de ce qui était alors une zone rurale, s’installe en 1940 les membres du Centre Américain de Secours (CAS), un organisme créé à l’initiative des États-Unis pour venir en aide et expatrier des centaines d’artistes et intellectuels européens dans le collimateur des autorités nazies et vichystes. Varian Fry, qui en est le pilote, aidé de ses collaborateurs (Daniel Bénédite, Jean Gemähling, Mary Jane Gold…), va ainsi faire exfiltrer de la France occupée quelques 2000 personnalités du XXe siècle : André Breton, Jacqueline Lamba, Max Ernst, Victor Serge, Victor Brauner, Marc Chagall…

Après le départ du CAS, la zone s’est peu à peu urbanisée, jusqu’à ce qu’une cité résidentielle soit créée en 1975 autour de la villa, dont il ne reste aujourd’hui que des ruines. Désormais simplement identifiée comme le « Château », la villa continue d’être le cœur de la cité, qui fait l’objet d’un Plan de Renouvellement Urbain.

Cartographie de la cité Air Bel, © IGN 2021

Recherche-action et patrimoine

Mon enquête se veut une recherche-action, directement opérationnelle pour le Lab’Citoyenneté – Villa Air-Bel et au bénéfice des habitants actuels d’Air Bel. Les objectifs sont de mieux identifier ce quartier marseillais, ces acteurs, leurs marges d’action, leurs besoins et les différentes échelles de pouvoir. Mais il s’agit surtout d’interroger l’imbrication entre l’Histoire du lieu (la villa Air-Bel, le CAS) et la mémoire collective (qui façonne une certaine identité airbelloise), ainsi que le processus de patrimonialisation de la villa. Par cette enquête j’entends (re)construire une narration de l’Histoire en écho du récit des habitants qui participent quotidiennement à l’animation du quartier.

Trois phases d’action sont prévues pour cette enquête. La première est une immersion dans le quartier, où il s’agit pour moi de me rapprocher des habitants et des structures fédératrices (centre social, club de boxe, lieux de rencontre…). Une fois le terrain dégrossi, des entretiens seront menés pour questionner le sentiment d’appartenance et d’identification des habitants d’Air Bel à leur quartier. Enfin ces entretiens seront complétés par la mise en place d’une cartographie participative : faisant l’hypothèse que le quartier d’Air Bel est un lieu de mémoire particulier, la cité étant bâtie autour de la villa, je souhaite faire expliciter cette relation entre territoire et mémoire par les habitants dessinant leur propre carte du quartier.

Diapositive projetée lors de la conférence, © Raphaël Renaud
Diapositive projetée lors de la conférence, © Raphaël Renaud

Le quartier d’Air Bel est aujourd’hui sujet à de massives transformations urbaines et sociales. Un des objectifs principaux du Lab’Citoyenneté – Villa Air-Bel est de s’appuyer sur l’identité du territoire et le patrimoine historique comme ressource première, et ainsi accompagner ces transitions vers un rendu optimal.

Citer ce billet : Raphaël Renaud, « Le Cycle de Rencontres « Tout un monde en mouvement » : l’occasion d’appuyer le rôle de la recherche dans les projets de transformation sociale – Intervention de l’Institut SoMuM (13 septembre 2021) », Sociétés en Mutation en Méditerranée, 19/11/2021, https://somum.hypotheses.org/2267.

Consulter :



Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search