Journée de lancement de l’Institut SoMuM – Compte rendu par Nina Lino-Annunziata et Thibault Pinto, étudiants en master de sociologie

Amphithéâtre Aix-Marseille Université
Photo : Jean Fondacci

La journée de lancement de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée s’est déroulée le 6 mars 2020, à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme. En présence des représentants de la gouvernance d’Aix-Marseille Université, de la Fondation A*MIDEX, des composantes, collègues, étudiants et partenaires impliqués, cette journée a été l’occasion de présenter l’Institut et de lancer ses travaux scientifiques en trois directions : l’interdisciplinarité, les mutations et la Méditerranée.

Deux temps forts ont marqué cette journée. 

Une matinée de conférence, dédiée à la présentation de l’Institut et aux interventions de deux chercheurs historien et géohistorien

La conférence débute par l’allocution d’ouverture de Maryline Crivello, Vice-présidente du Conseil d’administration d’Aix-Marseille Université. Elle insiste sur l’importance de l’Institut au sein de l’Université et des enjeux majeurs qu’il représente dans le cadre des études supérieures. L’introduction de la journée s’est poursuivie par une présentation de l’Institut par Sylvie Mazzella, sa directrice, ainsi que Delphine Mercier et Isabelle Renaudet, directrices adjointes des pôles recherche et formation. Celles-ci ont rappelé la place centrale qu’occupe la Méditerranée car elle est aujourd’hui au cœur de nombreux débats publics. Elle pose également de nouveaux questionnements dans une pluralité de champs : environnementaux, sociaux, économiques et politiques. L’institut a deux objectifs majeurs qui sont l’interdisciplinarité, mais également une volonté de collaborer avec un consortium. Cela a pour but, à terme, de renforcer l’articulation entre la recherche et la formation, mais aussi de fédérer les autres instituts présents sur le site d’Aix-Marseille.


La conférence s’est poursuivie par une présentation de l’historien François Hartog et du géohistorien Christian Grataloup. François Hartog est spécialiste de la question de l’expérience du temps et des notions de passé et présent. Christian Grataloup est co-fondateur de la revue Espaces Temps et auteur d’une géo-histoire de la mondialisation. Tous deux considérés comme des passeurs de frontières disciplinaires, ils ont exposé leur vision et leur expérience de l’interdisciplinarité. S’en est suivie une introduction à la notion de présentisme par François Hartog et une présentation autour de la Méditerranée et de sa centralité dans un contexte de mondialisation, de la part de Christian Grataloup.

Un après-midi de réflexion collective réunissant les acteurs majeurs de la recherche sur les études méditerranéennes ainsi que les partenaires académiques et non-académiques de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM)

Les participants étaient répartis en trois ateliers de travail dédiés aux sujets qui sont au cœur de l’Institut : «Transitions, déstabilisations durables et crises», « Dynamiques, circulations, héritages culturels », « Recompositions territoriales et interactions ». Conçues comme des rencontres participatives, ces séances de travail avaient pour objectif de définir les priorités scientifiques de SoMuM ainsi que de réfléchir aux appels à projets de l’Institut : affinement des axes scientifiques, articulation recherche-formation, priorité à des projets exploratoires et à risques, soutien à l’accès aux terrains, mise en place d’une recherche hors les murs, dans et avec la société… 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search