Le Jeu de Marseille, créé par les surréalistes en 1941, rencontre des nouveaux publics grâce à l’intelligence artificielle

Démonstration de l'application Poppet'Art et les cartes animées, © Julien Guyot
Démonstration de l'application Poppet'Art et les cartes animées, © Julien Guyot

En 1941, sous l’Occupation, de nombreux artistes et intellectuels se sont réfugiés à la Villa Air-Bel à Marseille : parmi eux, André Breton, Jacqueline Lamba, Victor Brauner, Óscar Domínguez, Wilfredo Lam et d’autres encore… Ils ont refusé de subir la peur et l’ennui, en attendant leur exil pour les États-Unis : ils se sont lancés à la création collective d’un nouveau jeu de cartes, en réinventant le tarot divinatoire.

On y retrouve, comme dans le jeu de tarot traditionnel, deux séries rouges et deux séries noires. De nouveaux symboles viennent remplacer ceux connus : la flamme pour l’amour, la roue sanglante pour la révolution, la serrure pour la connaissance, l’étoile noire pour le rêve. Plus d’as, de roi ou de dame mais sirène, mage en génie en personnalités littéraires ou d’histoire tels que le Père Ubu ou Baudelaire.

L’association Sagiterre et Apingo Design développent une application numérique innovante, Poppet’Art, qui utilise l’intelligence artificielle pour transformer en marionnettes virtuelles des portraits des grands musées, imprimés sur des cartes. En mettant à disposition du plus grand nombre des richesses culturelles et œuvres d’arts numérisées, Poppet’Art expérimente de nouvelles pratiques numériques pour promouvoir l’accès à la culture. En partenariat avec le Musée Cantini, Sagiterre et Apingo ont travaillé sur un prototype avec les représentations des cartes créées par les surréalistes, permettant d’accéder à des contenus pédagogiques animés, tout en les visionnant avec un smartphone ou une tablette numérique.

Jessica Dutour (Sagiterre) présente Poppet'Art un groupe de jeunes européens, © Julien Guyot
Jessica Dutour (Sagiterre) présente Poppet’Art un groupe de jeunes européens, © Julien Guyot

Dans le cadre du projet Lab’VAB et le partenariat avec l’association Villa Air-Bel, Sagiterre a continué à développer des scénarii d’utilisation de l’application Poppet’Art, en passant d’un mode lecture et diffusion de contenu à un mode création de contenus ludiques. L’outil numérique – avec notamment les représentations des cartes du Jeu de Marseille – a été utilisé comme support lors des ateliers participatifs organisés au centre social d’Air Bel. C’est ainsi que les œuvres ont quitté les murs du musée Cantini pour venir à la rencontre des nouveaux publics ! Suite à une initiation à l’intelligence artificielle, les participants ont aussi pu créer leur propre personnage et développer un court scénario en lien avec l’histoire de la Villa Air-Bel et l’art des surréalistes.

Le Jeu de Marseille fait partie de la collection du Musée Cantini depuis 2003, suite à la donation par Aube Breton, la fille de Jacqueline Lamba et André Breton.

Le projet Lab’Citoyenneté Villa Air-Bel (Lab’VAB) de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) est soutenu par la fondation universitaire A*Midex dans le cadre de l’appel à projet Transfert « Émergence de nouvelles collaborations » ainsi que par l’Open Lab CIVIS d’Aix-Marseille Université.



Citer ce billet
Auri Kostama-Goerger (2023, 5 juin). Le Jeu de Marseille, créé par les surréalistes en 1941, rencontre des nouveaux publics grâce à l’intelligence artificielle. Sociétés en Mutation en Méditerranée. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugk7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search