Les portraits de SoMuM – Théo Borel, doctorant en Histoire et représentant des doctorants de l’Institut SoMuM

© Gerhard G. de Pixabay

Je suis Théo Borel, doctorant en Histoire (MESOPOLHIS) et représentant des doctorants de l’Institut Sociétés en Mutations en Méditerranée (SoMuM). Suite à une Licence et un Master d’Histoire d’Aix-Marseille Université, j’ai choisi d’élargir mes horizons disciplinaires en obtenant un Master en Sociologie politique de l’Institut d’Études politiques d’Aix-en-Provence.

Théo Borel, doctorant en Histoire au laboratoire MESOPOLHIS, et représentant des doctorants de l’Institut SoMuM

Dans le cadre de ma thèse de doctorat, je m’intéresse aux circulations militaires francophones entre la France et Israël. Au carrefour de l’Histoire et de l’Anthropologie des migrations, cette thèse vise à produire une histoire des dispositifs sociotechniques qui sont au centre de ces migrations spécifiques. Mes recherches doctorales correspondent au prolongement d’un cheminement universitaire localement situé et s’inscrivent dans une Histoire contemporaine des circulations à travers le(s) espaces(s) méditerranéen(s).

Aujourd’hui, l’Institut SoMuM vise à promouvoir et à mettre en relation les acteurs des Études méditerranéennes. Parmi les actions qui y sont menées, la formation doctorale offre une ouverture sur les différents traitements scientifiques de(s) la Méditerranée(s). Portée par une équipe transdisciplinaire, convaincue par la nécessité d’une transversalité dans les Sciences humaines et sociales, cette formation propose notamment un séminaire disciplinaire et la création d’une revue scientifique Mutations en Méditerranée dont l’originalité représente une réelle opportunité. Aussi, ces différentes initiatives sont des invitations à la compréhension des sociétés, des espaces méditerranéens et de leurs évolutions à travers le temps.

L’invitation à saisir les apports de la transdisciplinarité et les nombreuses possibilités offertes par l’Institut SoMuM pour s’inscrire dans les Études méditerranéennes m’ont conduit à m’investir en tant que représentant des doctorants. J’attache ainsi une importance particulière à la formation doctorale qui est, selon moi, le point fort de l’Institut.

Les séminaires disciplinaires organisés par SoMuM permettent aux doctorants de se confronter à des méthodologies et des pratiques scientifiques diverses et d’échanger avec des spécialistes de différentes disciplines. Les sessions sont également des moments, des lieux privilégiés de rencontres entre les doctorants. J’accorde un intérêt à la promotion de ces séminaires et à la réception des retours pour participer activement à l’élaboration des prochaines séances adaptées aux attentes de tous.

La formation doctorale de l’Institut SoMuM représente des initiatives originales et inédites dont il faut se saisir !


Consulter les billets de Théo Borel :
État de l’art et perspectives en géographie – compte rendu du séminaire (janvier-février 2021)
Dans les coulisses du séminaire « Ce que l’écriture fait à l’Histoire… » Entretien de Karima Dirèche par Théo Borel


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search