[Parution] Clôtures. Sociologie du confinement et de l’effacement, Marc Bernardot

Avec le soutien de MESOPOLHIS et de l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM), l’ouvrage de Marc Bernardot, Clôtures. Sociologie du confinement et de l’effacement, Collection K, TERRA-HN-éditions, 2023, ISBN 979-10-95908-04-3, licence CC-BY-NC-ND 4.0, est accessible en accès ouvert et en texte intégral sur le site de l’éditeur.


Résumé. Cet ouvrage numérique est le deuxième volet d’un triptyque. À la suite de Captures, publié en 2012, qui interrogeait les politiques d’arrestation et de déportation des migrants illégalisés, il aborde différents lieux de confinement, les foyers et les camps notamment et les traces que laissent ces enclaves et leurs occupants. Il a été écrit avant la pandémie récente puisqu’il rassemble des textes rédigés entre 2006 et 2016. Il évoque le confinement des « autres » avant que celui-ci ne soit généralisé en 2020. À la fois sociohistoire de ces formes de relégations en cherchant à remonter les lignes d’une généalogie éparpillée des mises au ban contemporaines et sociopolitique des interactions des groupes relégués avec les politiques spécifiques qui leur sont appliquées, Clôtures apporte quelques pistes de réponses aux questions que posent les pratiques illibérales dans les sociétés libérales. Le dernier volume, intitulé Évasions traitera prochainement des formes d’émancipations contemporaines.

Mots-clés. Foyers, camps, traces, confinement, urbicide, altérité, colonialité, émancipation, sociologie

Biographie. Marc Bernardot est professeur de sociologie à Aix-Marseille Université et directeur de l’unité de recherche MESOPOLHIS (AMU, Science Po Aix, CNRS). Ses travaux actuels portent sur les langues de la globalisation. Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur les politiques migratoires et urbaines, il a récemment publié en 2022, « L’architexte liquide du travail digitalisé », in Rhétoriques, métaphores et technologies numériques, E. Caccamo & M. Bonenfant, (dir.), Presses universitaires du Québec.

Abstract. This digital book is the second volume of a triptych. Following on from Captures, published in 2012, which questioned the policies of arrest and deportation of illegalized migrants, it deals with different places of confinement, notably single men hostels and internment camps, and the traces left by these enclaves and their occupants. It was written before the recent pandemic as it gathers texts written between 2006 and 2016. Rather, it evokes the confinement of “others” before it is generalised in 2020. Both a socio-history of these forms of relegation by seeking to trace the lines of a scattered genealogy of contemporary banishment and a socio-political account of the interactions of segregated groups with the specific policies applied to them, Clôtures provides some answers to the questions raised by illiberal practices in liberal societies. The last volume, entitled Evasions, will soon deal with contemporary forms of empowerment.

Keywords. Single men hostels, camps, traces, containment, urbicide, otherness, coloniality, empowerment, sociology

Biography. Marc Bernardot is full professor of sociology at Aix-Marseille University and head of the MESOPOLHIS research unit (AMU, Science Po Aix, CNRS). His current work focuses on the languages of globalisation. Author of several books and numerous articles on migration and urban policies, he recently published in 2022, « L’architexte liquide du travail digitalisé », in Rhétoriques, métaphores et technologies numériques, E. Caccamo & M. Bonenfant, (dir.), Presses universitaires du Québec.



Citer ce billet
Institut SoMuM (2023, 2 février). [Parution] Clôtures. Sociologie du confinement et de l’effacement, Marc Bernardot. Sociétés en Mutation en Méditerranée. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ugjz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search