Dans les coulisses du séminaire Ce que l’écriture fait à l’Histoire… Entretien de Karima Dirèche par Théo Borel

« Calme plat sur un port méditerranéen » de Claude Vernet, 1770, © Pixabay

Le 11 octobre dernier, Karima Dirèche (TELEMMe), coordinatrice du séminaire disciplinaire Ce que la Méditerranée fait à l’écriture de l’Histoire…, a accepté de nous livrer les coulisses de l’organisation des prochaines rencontres transversales de l’Institut Sociétés en Mutations en Méditerranée (SoMuM) les 2, 9, 16 novembre et une restitution le 7 décembre 2021 .

Après une première session concernant le traitement des Études méditerranéennes par la discipline géographique en février dernier, l’Histoire sera à l’honneur en ce mois de novembre. Karima Dirèche, Directrice de recherche spécialiste en Histoire contemporaine (TELEMMe), a accepté de nous faire part des tenants et des aboutissants de la constitution de ce séminaire.

La carrière dans la recherche et dans l’enseignement de la coordinatrice résonne fortement avec la formation doctorale portée par l’Institut SoMuM. À la suite de l’obtention de sa thèse Histoire de l’émigration kabyle en France au XXe siècle : réalités culturelles et réappropriations identitaires, Karima Dirèche entreprend une carrière dans l’enseignement à Marseille. En poste depuis 2005 au laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale, Méditerranée (TELEMMe), elle poursuit ses recherches à partir du Maroc avant d’obtenir son habilitation à diriger des recherches et d’assurer la direction de l’Institut de Recherche du Maghreb contemporain (IRMC). Dans ses publications, cette directrice de recherche du CNRS promeut l’interdisciplinarité et l’ouverture de l’Histoire contemporaine aux autres disciplines des Sciences humaines et sociales.

C’est donc dans son bureau de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) que la coordinatrice a accepté, avec bienveillance, de répondre à nos questions.


Théo Borel : Comment envisagez-vous la formation doctorale et les séminaires disciplinaires proposés par l’Institut SoMuM ?

Karima Dirèche : Dans le cadre d’Aix-Marseille Université, investie dans la valorisation des Sciences humaines et dans l’orientation de la transdisciplinarité, l’objectif de ces formations intensives et courtes est de réunir des individus qui, provenant de différentes disciplines, n’auraient probablement pas eu l’occasion de se retrouver lors d’un enseignement commun. Ces formations sont donc l’occasion d’ouvrir des horizons de savoirs, des propositions et des décryptages spécifiques. La formation doctorale est d’ailleurs le point fort de l’Institut SoMuM. L’originalité et le caractère inédit de ces séminaires permettent de fournir aux doctorants une formation que l’on ne retrouve pas dans d’autres universités. Par ailleurs, la présence de cet Institut au sein de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme ne relève pas du hasard ! La MMSH s’inscrit dans la promotion d’un savoir savant et pas uniquement d’un savoir qui participe à l’expertise en valorisant notamment l’érudition et les humanités classiques. Lors de certains évènements autour de la transdisciplinarité dans des questions de société, j’ai constaté combien les étudiants et les doctorants pouvaient être particulièrement intéressés par les méthodologies provenant de disciplines qui leur sont éloignées.

T.B : Comment avez-vous pensé, coordonné et conçu les séances du prochain séminaire ?

K.D : Nous sommes partis du principe que pour toucher un large public, il est nécessaire de stimuler la curiosité des doctorants. Au cours de ma carrière dans l’Éducation nationale, j’ai longtemps enseigné l’histoire-géographie à des publics scolaires parfois sensibles. À chaque fois, mon objectif était de leur donner envie, de les mettre en appétit car ces disciplines sont des fenêtres d’ouverture et d’explication sur nos mondes, nos espaces immédiats et/ou mondialisés. Alors quel ressort pédagogique mobiliser ? Comment les conduire à s’intéresser et comprendre l’importance d’apprendre et le plaisir que cela peut représenter ? J’ai opéré exactement la même chose pour le séminaire d’histoire transversal !

T.B : Comment avez-vous répondu à la proposition d’une formation transversale regroupant les Études méditerranéennes en Histoire adressée à un public non historien ?

K.D : Sur une question comme la Méditerranée, qui est un mot « valise », on ne sait pas comment le prendre… Alors, plutôt que de rentrer dans des grandes thématiques comme l’histoire de la discipline, et pour tenir compte des retours concernant le premier séminaire de géographie, j’ai proposé à cinq historiens de revenir plus précisément sur leurs pratiques. Afin de toucher un large public, je ne voulais pas proposer une formation trop lourde et trop éloignée de l’intérêt des doctorants provenant de disciplines diverses. Le fil conducteur de ce séminaire est d’amener les intervenants à exposer la manière dont ils conduisent leurs recherches au quotidien, tout simplement. À partir de leur formation d’historien, comment s’approprient-ils « l’objet Méditerranée » et quelles sont les boîtes à outils qu’ils ont développées ? De cette façon, ces différentes interventions permettront de rentrer dans l’univers intellectuel, méthodologique et théorique de ces chercheurs. Aussi, il n’est donc pas nécessaire de disposer d’un “background” propre à la discipline.

T.B : Dans cette perspective comment s’articulent les séances ?

K.D : Les trois séances permettront d’envisager comment l’objet Méditerranée est traité par les spécialistes de l’Histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine. Nous avons choisi de faire correspondre le séminaire à ce séquençage chronologique pour correspondre à l’histoire diachronique de la Méditerranée dans le temps long, en y intégrant un petit clin d’œil à la mer comme objet étude. L’Histoire est souvent perçue comme une discipline classique où l’on apprend beaucoup de choses. Ce séminaire est l’occasion de rappeler que l’Histoire est une discipline qui a été complètement bouleversée, repensée avec des méthodes innovantes, avec de la documentation nouvelle. Aujourd’hui la pratique historienne est dépoussiérée, renouvelée, reconfigurée. Nous travaillons avec des choses invraisemblables ! Ainsi, donner un accès aux boîtes à outils des historiens pourrait entrer en résonance avec les pratiques des doctorants, en piquant leur curiosité et en élargissant leur propre outillage intellectuel. Pour tous ceux qui n’ont pas l’habitude d’aborder la Méditerranée de cette façon, c’est l’occasion de rentrer dans la démarche de l’historien pour proposer des décryptages mais surtout pour renouveler des connaissances. L’Histoire est une discipline épistémologique qui réfléchit sur les mots, sur les concepts. Elle revisite un certain nombre de choses et permet d’être extrêmement éclairante. Plutôt que de proposer une histoire, une historiographie de la Méditerranée, ce séminaire propose de revenir sur des cas d’école et des pratiques d’historiens. On veut séduire et étonner. J’espère que vous allez être surpris par la diversité et l’originalité de ces pratiques historiennes !


Consulter le programme du séminaire Ce que l’écriture fait à l’Histoire… 
Consulter le portrait de Théo Borel, auteur de ce billet.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Théo Borel (15 octobre 2021). Dans les coulisses du séminaire Ce que l’écriture fait à l’Histoire… Entretien de Karima Dirèche par Théo Borel. Sociétés en Mutation en Méditerranée. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ughh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search